Au sommaire du n°230

ÉDITO

Le ridicule ne tue pas !

La préférence nationale devient la ligne de conduite que chaque pays tente d’imposer au travers de règles plus idiotes les unes que les autres. Ainsi, la France obtient la palme, avec la « Clause Molière » qui vise à imposer aux travailleurs sur les chantiers de parler le français dès le 1er jour de leur arrivée.

Il est certain que nous sommes souvent agacés lorsqu’on entend par exemple des mots anglais sortir systématiquement des bouches tels « call, reporting, touchy … ». Mais de là à imposer aux travailleurs de parler uniquement le français sur le lieu de travail, il ne faut pas exagérer d’autant que le secteur du bâtiment est connu pour employer des salariés de tous les coins du monde. Alors devront-ils d’abord passer par la case « formation linguistique » ?

Soyons sérieux ! Outre le fait que tout ceci ne soit pas très légal, personne n’est dupe !

On voit bien au travers de cette « Clause Molière » apparaître l’envie d’écarter les travailleurs étrangers ! Adieu, le roumain, le polonais, le marocain, le tunisien, le wolof ou le diola…

Et s’il vous plait Messieurs, Mesdames les politiques : « Cacher cette langue ridicule que je ne saurais voir »...

Sadia MANCEL

LES ARTICLES ET DOSSIER DU MOIS

Focus sur les différents entretiens professionnels au sein de l’entreprise

  • L’entretien d’embauche
  • L’entretien annuel d’évaluation
  • L’entretien professionnel
  • L’entretien avant sanction disciplinaire

L’obligation de neutralité imposée par le règlement intérieur n’est pas discriminatoire !

  • Une neutralité prévue par le Règlement intérieur d’entreprise
  • En l’absence de règle interne relative à la neutralité des salariés

EN BREF

Pour la première fois, le juge des référés ordonne la poursuite provisoire d’un cdd au-delà de son terme !


FLASH JURISPRUDENCE

  • Les élections professionnelles : Présenter un seul candidat dispense la liste de respecter la parité hommes/femmes (TGI Châteauroux, 23 février 2017)
  • Le CHSCT ne peut pas exiger de l’employeur des dépenses supplémentaires (Cour de Cassation, Chambre sociale, 22 février 2017 n° 15-22392)
  • La désignation d’un représentant de section syndicale : Le syndicat doit respecter le critère de transparence financière (Cour de Cassation, Chambre sociale, 22 février 2017 n° 16-60123)
 

   Demander un devis

Au sommaire du n°242

Vous êtes ici  >>   >   >  Au sommaire du n°230