Au sommaire du n°251

ÉDITO

Le gâteau avait-il le goût du « trop peu » ?

Le gouvernement contraint et forcé, a instauré une prime exceptionnelle exonérée d’impôt sur le revenu et de cotisations sociales sans aller au-delà de 1 000 €, qui reste néanmoins au bon vouloir des employeurs.

Sans rentrer dans les raisons qui justifient cette soudaine générosité… Doit-on penser que cette prime était suffisante ? Non bien évidemment, d’autant que si l’on en croit les statistiques les employeurs n’ont pas tous joué le jeu.

La palme des plus généreux donateurs revient aux petites entreprises qui emploient moins de 11 salariés, 80% d’entre elles ont versé.

Ce sont les salariés des entreprises de moins de 50 salariés qui ont touché le plus, 687 euros en moyenne par personne.

Les grands groupes ont, pour la majorité, eu du mal à sortir leur porte-monnaie. Oui bien sûr on comprend ! Ils n’ont pas les moyens ! Il faut faire un choix : les actionnaires ou les salariés.

Quant à la grande distribution, pour sa part, a dû se faire tirer l’oreille pour consentir à donner 200 € par salarié, comme Carrefour ou Auchan par exemple qui justifie ce maigre don par le mouvement des gilets jaunes qui a, soit disant, affecté de manière considérable leur chiffre d’affaire.

Même si cette prime a pour partie permis de mettre de la margarine dans les épinards, le problème du pouvoir d’achat reste entier.

Sadia MANCEL

LES ARTICLES ET DOSSIER DU MOIS

Le harcèlement dans l’entreprise

  • La définition du harcèlement
  • La prévention du harcèlement

Vers une extension de la personnalité civile
aux CSE de moins de 50 salariés ?


EN BREF

Poser un congé pour suivre
une formation économique


FLASH JURISPRUDENCE

  • Nullité du licenciement lié à une absence due à un harcèlement moral
    (Cass. Soc., 30 janvier 2019, n°17-31473)
  • Les conditions d’électorat et d’éligibilité des salariés mis à disposition
    (Cass. Soc., 13 février 2019, n°18-60149)
  • Réunion extraordinaire du CE : la demande doit émaner de la majorité des titulaires
    (Cass. Soc., 13 février 2019, n° 17-27889)
 

   Demander un devis

Au sommaire du n°258

Vous êtes ici  >>   >   >  Au sommaire du n°251